dimanche 31 juillet 2016

Conduire en tongs ou torse nu, est-ce interdit ?

Conduire en tongs ou torse nu, est-ce interdit ?

Gendarmes et policiers dénotent des relâchements dans le comportement des automobilistes sur leurs lieux de vacances. Mais est-il permis de conduire en slip de bain ou en tongs ?


Peut-on conduire une voiture en tongs ?

Oui et non. Retour de la plage. Pas envie de remettre de chaussures ? Certains font le choix de conduire en tongs. Pourtant, des automobilistes ont déjà été sanctionnés pour avoir porté des nu-pieds au volant. « Aucun texte n'interdit de conduire en tongs », indique le capitaine Jean-Luc Morlaes, commandant en second de l'Escadron de sécurité routière de Loire-Atlantique (EDSR).

En fait, seul l'article R 412-6 du Code de la route permet de sanctionner un tel comportement. Ce dernier précise que « tout conducteur doit se tenir constamment en état d'exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent ». Autrement dit, un gendarme ou un policier peut, à son appréciation, sanctionner un automobiliste en tongs, voire en espadrilles, « si elles sont portées en savate », ajoute Jean-Luc Morlaes. L'amende encourue peut aller jusqu'à 22 €, sans perte de points. À éviter donc.

Conduire torse nu, c'est possible ?

« C'est vivement déconseillé », répond le capitaine Jean-Luc Morlaes. À scooter, le conducteur a une seule obligation : porter un casque, bien attaché. Mais « a minima », Jean-Luc Morlaes recommande de « porter des gants » au guidon d'un deux-roues : « Lorsque l'on chute, le premier réflexe est de se protéger avec les mains. Avoir des gants peut éviter bien des désagréments… »
Si aucun écrit n'interdit d'être torse nu à scooter, gendarmes et policiers peuvent depuis peu verbaliser, si l'on en croit l'article R 412-6.
Même chose en voiture. Mais selon le capitaine Morlaes, mieux vaut éviter de le faire : « Avec des vêtements, lors d'un choc, la pression de la ceinture et l'airbag peuvent blesser gravement le conducteur. Alors imaginez torse nu ! »

En rentrant de la plage, on peut conduire en slip de bain ?

C'est sujet à interprétation, l'article R 412-6 repointe le bout de son nez. « Ce n'est franchement pas prudent, estime le commandant en second de l'Escadron de sécurité routière de Loire-Atlantique. Une chute à scooter fait toujours mal, même à basse vitesse ou à l'arrêt. Et il existe des risques de brûlures avec le pot d'échappement. »

Un sandwich en rentrant de la plage, on a le droit ?

Une tomate qui s'échappe du sandwich, de la sauce qui coule sur le pantalon, une main occupée à autre chose… À suivre la logique du R412-6, cela peut « provoquer une gêne à la liberté de mouvement du conducteur ». Le conducteur ne sachant résister à croquer dans son casse-dalle risque 35 € d'amende, mais ne perdra pas de point.

Utiliser son téléphone portable comme GPS, c'est autorisé ?

Tout est dans le libellé de l'infraction : « Est interdit l'usage d'un téléphone tenu en main par le conducteur d'un véhicule en circulation. » Ainsi, se servir d'un téléphone, fixé sur son support, comme GPS est autorisé. Mais ce n'est pas pour ça qu'il faut en abuser : « Le b.a.-ba de la conduite, c'est de rester concentré sur sa trajectoire », rappelle Jean-Luc Morlaes.

Est-ce que mon passager peut sortir les pieds par la fenêtre ?

Si sa souplesse le lui permet, oui. Et s'il trouve que ça le rafraîchit, tant mieux. Un passager a pour obligation d'avoir sa ceinture attachée. « Pour qu'elle soit efficace, il doit être assis », commente le capitaine de l'EDSR. Donc mieux vaut garder une position convenable. « On ne connaît pas les conséquences que cela pourrait avoir en cas d'accident. Mais ça ne doit pas faire du bien », poursuit Jean-Luc Morlaes. Même chose pour les pieds posés sur le tableau de bord : « Le déclenchement de l'airbag est violent. Même si ce n'est pas noté dans le Code de la route, il faut toujours penser au pire, malheureusement. »

mercredi 27 juillet 2016

NASA : Bientot une imprimante à pizza efficace pour les astronautes ?

NASA : Bientot une imprimante à pizza efficace pour les astronautes ?

Cela fait un moment que la NASA s’intéresse à l’impression 3D. Mais les progrès réalisés avec la nourriture sont assez impressionnants.


Vous ne le saviez peut-être pas, mais la NASA possède une imprimante à nourriture depuis quelques années déjà. Jusqu’ici, les résultats laissaient vraiment à désirer, mais il semblerait que le système ait fait de gros progrès.

Cette imprimante, nommée BeeHex bénéficie d’un budget de 125 000 dollars alloué par la NASA, ce qui montre bien l’intérêt de l’agence pour la question. Cette technologie permettrait en effet de créer la nourriture directement dans les vaisseaux et stations spatiales, ce qui aurait pour avantage de limiter l’encombrement et faciliter le ravitaillement.



On constate que BeeHex permet désormais de réaliser des pizzas de différentes formes (même à partir d’un simple JPEG), même si la composition reste assez simple avec de la pâte, de la tomate et du fromage. Bien évidemment, ce genre de machine pourrait séduire d’autres industries beaucoup plus « terre-à-terre »… La petite entreprise aurait d’ailleurs déjà signé des partenariats avec des parcs à thème et même des centres commerciaux.
www.experts-autocad.com

mardi 26 juillet 2016

Apple s'apprête à passer le cap symbolique du milliard d'iPhone vendus

Apple s'apprête à passer le cap symbolique du milliard d'iPhone vendus

La barre symbolique du milliard d'iPhone devrait être franchie dans les jours à venir.La barre symbolique du milliard d'iPhone devrait être franchie dans les jours à venir. 


La célèbre firme américaine devrait passer ce cap historique dans le courant de la semaine, neuf ans après avoir lancé la première version de son produit phare, et quelques mois avant la sortie du iPhone 7.

Un chiffre ô combien symbolique. Neuf ans après avoir lancé le premier modèle d'iPhone, Apple s'apprête à passer la barre du milliard d'exemplaires vendus dans le monde. Ce cap devrait, selon toute vraisemblance, être franchi cette semaine. Si la célèbre firme à la pomme a déjà dépassé ce seuil tout produits confondus (iPhone, iPad, Apple watch...), c'est la première fois qu'elle l'atteint avec un seul appareil.

"Au départ, peu d'observateurs avaient parié sur un tel succès. Ils [les dirigeants d'Apple, NDLR] ont réussi à créer un marché de masse avec un seul produit", reconnaît Ian Fogg, analyste chez IHS, interrogé par Les Echos. En mars, rappelle le quotidien économique, la marque avait écoulé 947 exemplaires de son produit phare depuis juin 2007, date de la sortie de sa toute première version.

L'iPhone: gadget le plus influent de tous les temps

L'iPhone, véritable locomotive de la croissance d'Apple depuis près de dix ans, a été désigné, au mois de mai comme le gadget le plus influent de tous les temps par le magazine Time. "Apple a été la première société à mettre un vrai ordinateur dans la poche de millions de personnes", écrit le célèbre magazine américain. En janvier 2015, le patron de la firme Tim Cook indiquait qu'il s'en vendait quelque 34 000 toutes les heures.

Simplicité d'utilisation, design innovant, lancement de l'App store avec ses nombreuses applications... Les choix du géant américain, piloté jusqu'en 2011 par son emblématique dirigeant Steve Jobs, se sont avérés payants. La communication de la firme a elle aussi joué un rôle crucial dans le succès de l'iPhone. Les files d'attente interminables devant les Apple Store à chaque sortie d'une nouvelle version en sont la preuve.


Les ventes de l'iPhone, qui constituent les deux tiers du chiffre d'affaires d'Apple, ont enregistré une importante baisse lors du dernier trimestre. L'iphone 7, dont la sortie est prévue en septembre, donnera-t-elle un nouvel élan au produit?

www.experts-autocad.com

lundi 25 juillet 2016

Pokémon Go : les plus folles histoires liées au jeu !

Pokémon Go : les plus folles histoires liées au jeu !

Portée par la fièvre Pokémon Go, l'action de Nintendo bondit de 120%

"Pokémon ! Rien ne nous arrêtera." Les joueurs de Pokémon Go comptent bien marcher dans les pas du héros Sasha... L'application qui vient tout juste de sortir en France ne cesse de faire parler d'elle depuis quelques semaines. Pokémon Go a déjà suscité un grand nombre de faits divers ou d'histoires insolites dans le monde entier. MYTF1News vous fait partager les meilleures !

L'application vient tout juste de sortir en France et le monde en est déjà fou depuis quelques semaines ! Les fans de Pokémon Go sont sans cesse à l'affut de créatures de plus en plus rares, d'arènes ou encore de PokéStop pour se ravitailler en Pokéball. Une hystérie planétaire s'est créée autour de ce jeu d'exploration. Mais la chasse aux Pikachu, Roudoudou ou autres Pokémons ne fait pas que des heureux...
Les passionés ne reculent devant rien pour chasser des Pokémons. Des captures qui conduisent ensuite à des histoires insolites. MYTF1News vous raconte les meilleures.

  • Absorbés par le jeu, deux Canadiens franchissent illégalement la frontière américaine

Avant de parcourir la terre entière en quête de Pokémons, deux jeunes canadiens ont franchi, par inadvertance, la frontière américaine dans une zone du Montana. Les yeux rivés sur leur téléphone, ils étaient absorbés par leur jeu.
"Les deux jeunes étaient si captivés par leur jeu Pokémon Go qu'ils ont perdu la notion du lieu où ils se trouvaient" explique Michael Rappold, porte-parole des agents de la Patrouille des frontières américaines. Après avoir été arrêtés, les deux mineurs ont ensuite été ramenés à un point de contrôle et restitués à leur maman.

  • #Pokemonop, le bad buzz de Monoprix

Monoprix a voulu surfer sur la tendance Pokémon Go, ce vendredi, en transformant son magasin de Saint-Michel en vrai PokeStop. Le point de ravitaillement proposait aux apprentis dresseurs une barre énergétique, un brumisateur, une crème solaire, des pansements en cas d'ampoules et une batterie nomade.
Un bon dresseur #PokemonGo ne sort pas sans son kit. À récupérer dès 14h au Monoprix St-Michel ! #pokemonop
Mais l'enseigne n'avait pas prévu assez de kits puisqu'en 15 minutes le stock était épuisé ce qui a déclenché la colère de certains joueurs.


  • En Indonésie, les policiers sont privés de Pokémon Go

Pokémon Go constitue une menace pour la sécurité, selon le ministère de la défense indonésienne. L'application pourrait même servir à des activités d'espionnage pour des hauts représentants de l'establishment. Ryamizard Ryacudu, qui voit d'un très mauvais œil le jeu à réalité augmentée, explique que "l'espionnage peut s'effectuer sous différentes formes" en ajoutant que le Pokémon a tout d'abord "l'air mignon" mais que "ce n'est tout simplement pas bien."
L'armée publiera d'ici peu une injonction interdisant à l'ensemble du personnel militaire de jouer à Pokémon Go sur ce territoire placé sous haute sécurité, près de Jakarta. Attention, "attrapez les tous" parce qu'ils vous observent...

  • Toujours en Indonésie, un Français interpellé sur une base militaire

La déclaration du ministre de la défense indonésienne intervient juste après l'interpellation d'un Français, ce lundi soir, dans une base militaire du pays. Ce qu'il y faisait ? Jouer à Pokémon Go.
Romain-Pierre, 27 ans, était en voyage d'affaire dans la ville portuaire de Cirebon. Il était à la recherche de "créatures virtuelles" lorsqu'il est rentré par inadvertance dans cette base militaire. Le Français a été arrêté puis interrogé avant d'être relâché mardi matin.

  • La maison d'un Américain se transforme malgré lui en arène de combat

Dès leur arrivée au cinquième niveau de jeu, les apprentis dresseurs de Pokémons peuvent entrer dans des arènes de combat. Elles se situent généralement dans des lieux publics comme les gares ou les parcs municipaux. Mais les algorithmes ne sont pas sans défauts...
Boom Sheridan, un Américain propriétaire d'une ancienne église s'est rendu compte que sa maison était répertoriée comme une arène du jeu. Il s'est expliqué sur Twitter, le 8 juillet dernier, avec humour.
"Vivre dans une vieille église signifie beaucoup de choses. Aujourd'hui, cela signifie que ma maison est une arène Pokémon Go. Cela devrait être fascinant." commente-t-il.

  • En Nouvelle-Zélande, un homme quitte son travail pour devenir dresseur de Pokémon

"Un jour je serai le meilleur des dresseurs." Tom Currie, un Néo-Zélandais de 24 ans y croit dur comme fer. Pour se consacrer pleinement à sa passion, la capture de Pokémons, le jeune homme a décidé de quitter son travail.
"Vivre une aventure. Je travaille depuis six ans et j'avais vraiment besoin d'une pause. Pokémon m'a donné cette chance " expliquait-il au Guardian, le 15 juillet. Tom se donne deux mois pour parcourir le pays et capturer les 151 créatures. Il partage son périple sur son compte Instagram.


  • En Irak, un Américain défie Daech via Pokémon Go

Parti combattre Daech dans le Nord de l'Irak aux côtés de Dwech Nawsha, un ex-marin de l'armée américaine n'a pas laissé de côté les nouvelles technologies... Louis Park a publié, sur son compte Facebook vendredi 8 juillet, une capture d'écran de son téléphone montrant sa toute première prise dans Pokémon Go, un Carapuce !
"Je viens juste d'attraper mon premier Pokémon sur le front de Mossoul (...) Daech, venez me défier à une bataille de Pokémon. Les mortiers c'est pour les femelettes" a-t-il commenté.


  • Aux Etats-Unis, elle a découvert un cadavre en cherchant des Pokémons

Braver la pluie, le vent et même aller dans l'eau. Certains sont prêts à tout pour augmenter leur inventaire de Pokémons. Avant de se rendre au travail, le 8 juillet dernier, Shayla Wiggins une Américaine originaire de l'Etat du Wyoming, a décidé de se rendre à la rivière de Riverton. Lieu de résidence de nombreux Pokémons de type eau.

Faute d'avoir trouver une créature virtuelle, la jeune fille de 19 ans a découvert un cadavre. "Je ne savais pas quoi faire. J'avais vraiment peur, je me suis demandée si je devais appeler le 911. Puis j'ai appelé la police et ils m'ont dit de ne pas bouger et d'attendre un officier" a-t-elle expliqué au site de nouvelles locales KCWY13. Malgré cette macabre découverte, Shayla Wiggins ne compte pas abandonner Pokémon Go, ni la recherche d'une créature de type eau.
La gendarmerie met en garde les dresseurs

Et pour éviter les accidents et les drames quelques jours avant la sortie officielle du jeu en France la gendarmerie nationale, sur son compte Twitter officiel, a laissé un petit message aux apprentis dresseurs.

Plus qu'un jeu, un phénomène de société

Aux Etats-Unis, l'application déchaîne déjà les passions. L'association pour les Familles Américaines a même décidé de créer une pétition contre Pokémon Go. Elle a déjà récolté pas moins de 767 000 signatures.

Lors d'une longue interview, citée sur associatedmediacoverage.com, l'association s'explique : "La semaine dernière, cette application (Pokémon Go) a causé plusieurs accidents de la route, mais a aussi été à l'origine de l'agression au couteau de nombreux enfants et à la découverte d'un cadavre par trois jeunes femmes différentes [...] Nous comprenons que ces incidents tragiques ne sont qu'un aperçu de l'étendue de douleur et de souffrance que ce jeu, à première vue innocent, apportera avec lui s'il reste en activité."


www.experts-autocad.com

Fizzer, la carte postale envoyée depuis son smartphone

Fizzer, la carte postale envoyée depuis son smartphone

Trois Normands ont fondé Fizzer, une start-up qui propose d’imprimer vos photos au format carte postale et de les envoyer à votre place au destinataire.

 Ringarde la carte postale ? Contraignante surtout ! C’est pour pallier aux inconvénients tels que la recherche de timbre ou le manque d’originalité que la carte postale numérique est née. Désormais, il est même possible d’envoyer ses propres photos depuis son smartphone pour créer sa carte personnalisée. C’est l’idée de Fizzer, une start-up créée par trois jeunes hommes, il y a deux ans.
« Baptiste [Hamin, l’autre fondateur] et moi étions allés aux sports d’hiver, se souvient Vincent Porquet, co-fondateur de Fizzer. Les cartes de la station de ski étaient un peu kitsch et nous avions plein de belles photos dans nos smartphones, c’est là qu’on s’est dit qu’il y avait quelque chose à faire. » Aussitôt rentrés, les deux compères quittent leurs emplois respectifs et s’inscrivent à une formation au codage à Paris. Au cours de cette dernière, ils rencontrent le troisième membre de l’équipe, Thibault Hagler.

Deux ans plus tard, Fizzer est accessible sur Internet, sur IOS et sur Android. La procédure est simple, une fois votre compte créé, vous téléchargez votre photo, inscrivez le texte et l’adresse du destinataire et vous signez. Fizzer imprime la carte postale et l’envoie, sous enveloppe timbrée, depuis la France. Le paiement se fait en crédit. Comptez 2,39 euros pour un crédit, ce qui correspond à l’envoi d’une carte postale. Les tarifs sont dégressifs en fonction de la quantité, 50 crédits valent 80 euros.

Un service, plusieurs usages


Les efforts sont concentrés sur la qualité : « Nous avons beaucoup travaillé sur l’épaisseur du papier aussi bien pour les cartes que pour les enveloppes », précise Vincent Porquet. Mais également en termes de technologie, le cofondateur énumère : « De nouvelles options comme les filtres pour améliorer ses photos, la possibilité de signer manuellement ou de faire une composition de plusieurs images. »

Le service plait aussi bien aux « jeunes qui ont la flemme d’aller acheter et écrire une carte postale, aux personnes qui voyagent beaucoup et ne trouvent pas forcément de carte là où ils sont ou aux familles qui font d’une pierre deux coups et n’ont plus besoin d’ajouter la photo des vacances en plus de la carte dans l’enveloppe », constate le co-fondateur. Fizzer est aussi utilisé pour les faire-part de naissance ou de mariage, les cartes de remerciements ou les vœux d’entreprise. Les souvenirs de vacances représentent 60% des cartes envoyées.

Début juillet 2016, la start-up comptait 100 000 utilisateurs. Un chiffre qui devrait encore grimper avec les vacances d’été. Sur le marché de la carte postale classique, 80% des cartes sont envoyées en période estivale.

www.experts-autocad.com

jeudi 21 juillet 2016

Aquila, le drone géant de Facebook, a réussi son premier vol

Aquila, le drone géant de Facebook, a réussi son premier vol

Aussi large qu’un Boeing 737, cet aéronef solaire est destiné à fournir une connexion Internet haut débit mobile dans les régions qui en sont dépourvues. Il vient d’effectuer avec succès son premier essai.


Connecter toutes les populations exclues d’Internet grâce à des drones ou des satellites, c’est l’objectif affiché du Connectivity Lab de Facebook. En mars 2015, le géant du web avait dévoilé la maquette d’un premier drone solaire : Aquila. Sa mission ? Etre dupliqué en de multiples exemplaires pour apporter du haut débit mobile à 400 millions de personnes sur terre. Mais depuis, ses performances s’étaient fait attendre. La société annonce enfin un premier vol réussi.

Le vol a duré 96 minutes

“La mission initiale devait durer 30 minutes; Mais le vol s’est si bien déroulé que nous l’avons prolongé à 96 minutes, soit plus du triple de la longueur planifiée au départ”, souligne Facebook dans un post sur son blog officiel. Et le Connectivity Lab a de quoi se réjouir car sur le papier, le design si particulier d’Aquila pouvait laisser dubitatif.

Hyper léger avec son matériau en fibre de carbone (il ne pèse que 400 kilos), doté d’une aile démesurée d’une envergure de 30 mètres et d’un système de propulsion à faible puissance mais haut rendement, l’aéronef présente un type de structure qu’on n'avait encore jamais vu voler de façon autonome.

Durant l’essai, Facebook a recueilli de nombreuses données sur le vol et l’atterrissage d’Aquila, en analysant le comportement du moteur, du pilote automatique, des batteries, du matériel radio, ou encore les liaisons avec les stations au sol. L’événement a également permis aux équipes mobilisées de se roder.

Contrairement à ce qui avait été annoncé au départ, cette expérimentation a bien eu lieu sans pilote à bord avec seulement le soutien d’opérateurs au sol, prêts à prendre la main sur les commandes à distance.

Aquila évoluera à 18 000 mètres d'altitude

Facebook envisage maintenant de multiplier les expérimentations en augmentant progressivement l’altitude, la vitesse et la durée des vols. A terme, si tout se passe bien, Aquila devrait pouvoir évoluer à 18 000 mètres de hauteur avec une vitesse maximale de 128 km/h. Mais pour que les vols puissent durer trois mois sans interruption et que chaque drone du réseau couvre un diamètre de 96 km, il faudra que le drone embarque des panneaux solaires plus encombrants que les batteries qui ont servi le premier vol.

Une première aéronautique

Facebook vient donc de réussir une première aéronautique avec ce drone géant et solaire. Reste maintenant à prouver la capacité d’Aquila à rester trois mois de suite dans les airs en se rechargeant avec de gigantesques panneaux solaires. Ce qui ne sera pas une mince affaire quand on voit les difficultés rencontrées par l’avion Solar Impulse pour effectuer son tour du monde, par exemple, et quand on sait que le record du monde pour un vol solaire sans pilote n’est que de deux semaines.


Un autre enjeu attend Facebook : tester au sol la connectivité fournie par Aquila. Pour cela, l'appareil sera couplé avec des systèmes de communication laser de pointe, actuellement en cours de développement. La société entend ainsi assurer un débit de plusieurs dizaines de gigabits par seconde.
Mais Facebook ne souhaite pas mettre la charrue avant les bœufs et annonce déjà que ce projet prendra plusieurs années avant d’arriver à son terme. A condition uniquement qu'opérateurs télécoms et gouvernements locaux coopèrent.

www.experts-autocad.com

mercredi 20 juillet 2016

Ce projet d'avion européen qui mettrait Paris à 4 heures de Sydney

Ce projet d'avion européen qui mettrait Paris à 4 heures de Sydney

Financée par l'Agence Spatiale Européenne, une entreprise britannique développe un moteur qui pourrait équiper un avion capable d'atteindre cinq fois la vitesse du son.


Près de 6.200 km/h! C'est la vitesse de croisière que pourrait atteindre cet avion. Un "méga-concorde" capable de parcourir les 17.000 kilomètres séparant Sydney de Paris en moins de 4 heures (phases de décollage et d'atterrissage comprises). A l'origine de ce nouveau projet d'avion de ligne hypersonique on trouve une société britannique. Basée à Oxford, Reaction Engines a développé une turbine combinant les deux technologies nécessaires pour atteindre la vitesse hallucinante de 5 fois la vitesse du son: le moteur à réaction des jets et le système de propulsion utilisé pour les fusées. Comme sur un jet, le moteur récupère l'air de l'avant pour le propulser vers l'arrière. Et comme sur une fusée, il utilise un combustible pour augmenter la poussée.

Et le projet est pris très au sérieux par le monde de l'aéronautique. L'Agence Spatiale Européenne vient ainsi d'investir 11 millions de dollars dans cette start-up anglaise. Le gouvernement britannique via notamment son agence spatiale nationale avait déjà financé le projet à hauteur de 66 millions de dollars. Reaction Engines qui travaille déjà avec le géant BAE Systems va pouvoir accélérer la cadence. Elle compte ainsi tester son moteur d'ici 2020.

Pour faire partie des privilégiés embarquant parmi les premiers dans cet avion ultra-rapide, il faudra sans doute se montrer patient. La société britannique s'est contenté, pour le moment, de dessiner cet avion baptisé "Lapcat". Il serait équipé de quatre propulseurs. Aspect essentiel dans la conception de tels avions, la motorisation n'est néanmoins pas le seul problème à régler. Pour atteindre Mach 5, les contraintes techniques sont immenses.


Deux écueils paraissaient notamment difficilement surmontables: le bruit assourdissant lors du passage du mur du son (en partie à l'origine de l'échec commercial du Concorde avec la consommation de carburant) et la chaleur extrême liée au frottement de l'air. C'est sur quoi travaillent d'ailleurs des sociétés comme Antipode à l'origine de cet engin extravagant.

Avant de produire des avions de ligne grand public, la société pourrait d'abord mettre au point une version exploitable par les agences spatiales. C'est d'ailleurs cet aspect qui intéresse l'ESA. Un tel engin pourrait permettre de lancer des satellites à moindre coût. A la différence des fusées, il serait réutilisable.


www.experts-autocad.com

mardi 19 juillet 2016

Espagne: la maire de Madrid autorise une "Journée sans maillot" dans les piscines publiques

La maire de Madrid a autorisé les piscines de la ville à organiser une "Journée sans maillot" cet été. 

A la demande d’une association espagnole de naturistes, la maire de Madrid, Manuela Carmena, a autorisé les piscines publiques de la ville à organiser une "journée sans maillot", durant laquelle les bikinis, shorts et caleçons de bain seront optionnels.



L’espace d’une journée, les Madrilènes pourront cet été aller à la piscine en laissant leur maillot au placard. Sur décision de la maire de Madrid, Manuela Carmena, les piscines municipales de la ville vont en effet pouvoir instaurer une "Journée sans maillot", ou "Journée du maillot optionnel", rapporte le quotidien El Pais. La nouvelle a été annoncée dans un mail envoyé ce mardi par la directrice générale des Sports de la municipalité, Veronica Rodriguez.

Cette invention espagnole vient exaucer un souhait formulé par l’Association pour le développement du naturisme (ADN), qui réclamait un événement de ce genre. "Le jour choisi pour être la Journée sans maillot est le troisième dimanche de juillet", a annoncé Ismael Rodrigo, président de l’ADN, interrogé par le quotidien espagnol. Jusqu’à présent, certains piscines, à travers le pays, avaient organisé un tel événement à l’occasion de la Journée du naturisme, qui se tient le 5 juin. A Madrid, cela n’a eu lieu que trois fois, en 2010, en 2015 et cette année.

Rendez-vous donné le 24 juillet

Pour Ismael Rodrigo, cette initiative sera l’occasion d’éduquer et de transmettre les valeurs du naturisme. "Le corps n’a rien de criminel, et la meilleure manière que nous ayons trouvée pour transmettre cette idée est celle-ci, de ne pas utiliser de vêtements quand ce n’est pas nécessaire, et dans la baignade ça ne l’est pas", explique le président de l’association.

L’ADN a pris contact avec plusieurs établissements de la ville, et devra maintenant les convaincre d’organiser cette "Journée sans maillot" le 24 juillet. L’événement n’aura rien d’obligatoire, chaque piscine pourra décider s’il est opportun ou non de le mettre en place.


www.experts-autocad.com

lundi 18 juillet 2016

Pokémon GO : les conseils pour éviter les drames

Pokémon GO : les conseils pour éviter les drames

Chasser le pokémon peut devenir un véritable danger pour les joueurs, comme ses deux adolescents qui se sont fait tirer dessus aux Etats-Unis. D.R.


La chasse aux Pokémons a failli tourner au drame. Deux adolescents américains se sont fait tirer dessus dans la nuit de vendredi à samedi à Palm Coast, une petite ville côtière de Floride (sud-est des Etats-Unis). Les deux jeunes gens étaient dans leur voiture en train de jouer à leur nouveau jeu favori lorsqu'un homme a fait irruption, sortant en trombe de sa maison, et a ouvert le feu sur le véhicule.

Juste avant la fusillade, l'un des occupants aurait déclaré «L'as-tu attrapé ?», l'autre répondant «Oui, et toi ?», selon le shériff du Comté de Flagler intervenu sur la scène. Une conversation mal interprétée par le tireur qui aurait compris «As-tu ramené quelque-chose». Se croyant face à des cambrioleurs, il aurait alors tiré sur le véhicule se trouvant devant sa sortie de garage.
Les deux ados ont démarré en trombe, et quitté précipitamment l'endroit, avant de découvrir le lendemain les différents impacts de balle dans leur voiture. La mère du plus âgé des deux ados, a alors prévenu les services du shérif;

Face à cet accident inédit, le bureau du shérif a décidé de communiquer rapidement et même éditer un guide à l'usage des chasseurs de pokémons, des parents et des riverains ! Un guide qui pourrait servir mondialement au regard de la folie entourant le phénomène mondial Pokémon GO.

Pour les chasseurs de Pokémons : 
- Utilisez votre bon sens, dans la police on appelle ça la vigilance. 
- Faîtes attention où vous allez 
- Ne conduisez aucun véhicule en jouant à Pokémon Go 
- Ne pénétrez pas sur des propriétés privées. 
- Vous pouvez aussi devenir une victime, en raison de vos «Pokéstop» qui vous localisent. 
- Ne partez pas en chasse sans amis. 
- Si vous êtes mineurs prévenez vos parents.

Pour les parents de chasseurs de Pokémons :
- Mettez des limites à vos enfants, et dîtes leur de se méfier des étrangers. 
- Faîtes attention aux applications de vos enfants qui peuvent récolter leurs données personnelles.

Pour les habitants : 
- Appelez Police-Secours si vous croyez voir un suspect 
- Evitez de vous confronter vous même à des suspects. 
- Soyez de bons témoins

www.experts-autocad.com

jeudi 7 juillet 2016

Elle a eu une moyenne de 21,22/20 au Bac !

Elle a eu une moyenne de 21,22/20 au Bac !

Cette jeune-fille est la meilleure élève de France avec une moyenne générale de 21,22/20 au bac en série littéraire. Originaire d'un village nommé Haute-Loire à côté de Clermont-Ferrand, la jeune-fille a été victime de harcèlement avant de briller cette année en terminale.



De nombreux journalistes sont allés interviewer la jeune Emilie Laurent, 19 ans, originaire d'une petite ville à côté de Clermont-Ferrand. Et la raison de ce succès si soudain c'est tout simplement (ou pas) parce que Emilie est la meilleure élève de France. Les résultats du Bac ayant été dévoilés ce mardi 5 juillet, la jeune-fille a eu la surprise de voir sa moyenne excellente de 21,22/20 ! Victime de harcèlement, la jeune-fille vivait un calvaire et avait même décidé d'arrêter sa scolarité. Elle restera plusieurs mois chez elle à tenter de se préserver. Mais à la rentrée de septembre, sa maman décide de l'inscrire dans un nouvel établissement et la suite on la connait !

Emilie a pourtant la victoire très modeste ! En effet, elle a avoué ne pas s'attendre à avoir une telle moyenne ! En particulier en philosophie où elle pensait avoir complètement raté l'épreuve, elle qui avait changé de sujet en cours de route. Finalement, elle aura 20 dans cette matière et dans beaucoup d'autre !

Une très belle histoire pour cette jeune-fille très bonne élève mais très stressée qui a avoué avoir énormément travaillé cette année
www.experts-autocad.com

mercredi 6 juillet 2016

Et si on distribuait les promotions au hasard?

Et si on distribuait les promotions au hasard?

Des chercheurs italiens ont réussi à prouver scientifiquement que la meilleure manière d'attribuer les promotions consistait à les distribuer au hasard. Mais aussi rigoureuse soit-elle, cette expérience devrait ne servir à rien!


Un poste de direction s’est libéré dans l'entreprise. Imaginez que le grand chef mette un petit papier avec le nom de chaque salarié dans un chapeau, et choisisse le nouveau chef ainsi, en tirant un nom au hasard. Ce serait irresponsable, insensé, injuste même? Peut-être. Mais il se pourrait aussi que ce soit la meilleure façon de faire!

Une équipe de chercheurs italiens de l'université de Catane a en effet prouvé mathématiquement, que les entreprises seraient plus performantes si elles étaient dirigées par des gens promus au hasard.

Contrer le "Principe de Peter"

Pour mener cette recherche, ils sont partis de leur envie de contrer le "Principe de Peter". Cette théorie, developpée dans un livre du même nom et sous-titré "Pourquoi tout va toujours mal" est un classique dans le monde des ressources humaines. Elle part du postulat que tout employé compétent sera promu tôt où tard à un poste qui surpasse ses compétences. Du coup, à terme, tous les postes seront occupés par des incompétents.

Les chercheurs italiens se sont lancés à la recherche d’un moyen de distribuer les promotions qui ne verse pas dans cet écueil. Ils ont mis au point un simulateur qui compare les performances de l’entreprise selon trois scénarios. Dans le premier, la société promeut les employés les plus compétents. Dans le deuxième, elle choisit au contraire les moins compétents. Dans le dernier, elle nomme les managers au hasard. Et là, les chercheurs découvrent qu'avec la méthode aléatoire, la productivité augmente d’une dizaine de points! Alors qu’avec les deux autres scénarios, elle baisse, inévitablement.

La promotion au mérite pas forcément plus juste

Vous vous demandez probablement quelle entreprise se risquerait à jouer à la roulette ainsi. Les chercheurs soulignent néanmoins que la promotion au mérite n’est pas nécessairement plus juste. La mesure du mérite par un manager a quelque chose d’extrêmement subjectif. Reste que la promotion au hasard, même si son efficacité est prouvée, est indéfendable vis-à-vis des équipes. Comment motiver ses salariés si leur implication n’est pas récompensée?

Même le monde scientifique ne croit pas trop à l'application de cette découverte. Il a décerné aux chercheurs italiens un IG Nobel (prononcez Ignobel), une sorte de parodie de prix Nobel qui récompense les découvertes qui ne servent à rien! Parmi les autres lauréats, des auteurs de recherches fondamentales: deux chercheurs qui ont expliqué pourquoi un spaghetti sec se cassait toujours en plus de 2 morceaux. Et une autre qui a établi qu’en portant ses chaussettes à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur des chaussures, on glissait moins...

www.experts-autocad.com

mardi 5 juillet 2016

À 19 ans, un Anglais crée un robot qui fait sauter les PV... et annule 160 000 amendes

À 19 ans, un Anglais crée un robot qui fait sauter les PV... et annule 160 000 amendes 

Un étudiant anglais de 19 ans a créé un système automatisé pour aider les automobilistes à contester leurs contraventions. 160 000 amendes ont été annulées en deux ans.


Un étudiant anglais de 19 ans a créé un système automatisé doté d’une intelligence artificielle, un robot qui aide les automobilistes à contester leurs contraventions pour stationnement interdit : DoNotPay (« Ne payez pas » en français). Le système, gratuit, fonctionne par chat et pose plusieurs questions à la personne qui a reçu un PV. Le panneau était-il bien visible ? Le véhicule bien identifié ? Le robot génère ensuite automatiquement une contestation.

160 000 contraventions annulées 

En juin 2016, soit un peu moins de deux ans après le lancement de DoNotPay, le logiciel a traité 250 000 contestations, dont 160 000 ont été annulées, selon les chiffres de Joshua Browder, son créateur, détaille The Guardian.

Je pense que les gens qui prennent des amendes de stationnement sont les plus plus vulnérables dans la société, ce ne sont pas des gens qui veulent aller contre la loi », explique-t-il au Guardian. « Je pense qu’ils sont exploités comme une source de revenu par les politiques locaux.

www.experts-autocad.com

lundi 4 juillet 2016

Job en or : 600 euros par semaine pour s'occuper des hérissons !

Job en or : 600 euros par semaine pour s'occuper des hérissons !

A Ipswich, les hérissons sont rois A Ipswich, les hérissons sont rois



La ville d'Ipswich, capitale de la région du Suffolk, en Angleterre, offre 28 700 euros par an, soit 600 euros par semaine à qui voudra bien s'occuper de ses hérissons.

Ipswich, 128 000 habitants, au sud-est de Londres. Ses 650 maisons et ses douze églises médiévales. Ses 500 hectares d'espaces verts réputés dans toute l'Angleterre. Et ses hérissons. Nombreux, très nombreux même les petits mammifères à poils durs qui peuplent l'estuaire du fleuve Orwell. À telle enseigne qu'une association régionale de protection des animaux, Le Suffolk Wildlife Trust, a décidé de faire de la ville la plus « hérissonphile » du royaume.

Ipswich compre 500 hectares d'espaces verts


Pour ce faire, l'association, qui dispose de moyens importants - ses 28 000 membres lui rapportent 3, 5 millions de livres (4 180 000 euros) par an - vient de passer une petite annonce étonnante. Elle recrute un agent chargé de protéger les hérissons. Son boulot : recréer des habitats pour les petits animaux, sensibiliser les habitants à la nécessité d'enlever les barrières, qui empêchent les hérissons de se déplacer entre les jardins, établir un réseau d'alimentation, recréer des lieux d'hibernation.

Les candidats devront disposer d'une solide expérience dans la protection de la nature et la communication. Ce second point sera crucial, vu le salaire proposé : 24 000 livres (28 700 euros) par an, soit 500 livres (600 euros) par semaine, qui en fait tousser plus d'un à Ipswich. « Franchement, j'aimerais mieux que cet argent aille aux sans-abri, au refuge pour femmes ou à la banque alimentaire », peste un habitant interrogé par Le Daily Mirror.

Dans les années cinquante, le nombre de hérissons était estimé à 30 millions en Grande-Bretagne ; on n'en compterait plus que 1,5 million aujourd'hui.

www.experts-autocad.com

dimanche 3 juillet 2016

Sea Bubble, ce véhicule volant naviguera bientôt sur la Seine

Sea Bubble, ce véhicule volant naviguera bientôt sur la Seine

Les parisiens verront bientôt apparaitre sur la Seine le Sea Bubble, un véhicule innovant né dans l’imagination d’Alain Thébault pour faciliter les déplacements personnels en milieu urbain. Les bateaux-mouches pourraient bien avoir rapidement de la concurrence… 


Après avoir conquis les océans grâce à son hydroptère co-conçu avec Eric Tabarly (photo ci-dessous), le navigateur Alain Thébault est sur le point de récidiver sur le principale fleuve de l’Hexagone. Son projet Sea Bubble a séduit Henry Seydoux, le patron de Parrot (qui le soutient financièrement) et la Mairie de Paris. Anne Hidalgo souhaite que Paris soit la première ville à disposer de ce tout nouveau type de véhicule fluvial à destination des milieux urbains.

Ces drôles de voitures volantes pourraient venir naviguer sur la Seine d’ici 18 mois pour désengorger les rues de la capitale. Les véhicules SeaBubble sont des capsules qui comportent 4 places et sont conçus à mi-chemin entre une Fiat 500 et un petit bateau. Ces capsules sont propulsées par un moteur et des batteries électrique (alimentées par panneaux solaires) et ne touchent presque pas l’eau grâce à leur conception inédite. Elles pourront servir de solution de transport écologique à destination des touristes ou des franciliens en quête d’un transport aérien à la demande.

La stabilité des Sea Bubbles est assurée par 4 foils, de grandes dérives chargées de maintenir la stabilité en évitant les remous provoqués par la navigation traditionnelle. La vitesse de ces pods nautiques dépendra de la législation en vigueur dans chaque métropole. La limite est de 18km/h à Paris mais de 30 km/h à San Francisco, par exemple. Vendus à des entreprises de transport comme Uber ou directement aux particuliers, Alain Thébault prévoit que : « Dans un premier temps, il y aura des chauffeurs, mais rapidement, notre véhicule peut devenir autonome. » Et cette perspective arrivera même peut être plus rapidement que pour les voitures autonomes, car il est plus facile de gérer la circulation sur un fleuve que dans les rues d’une ville comme Paris.

Disponibilité et prix

Alors que la construction des premiers prototypes vient seulement de débuter, les premières démonstrations de SeaBubble devraient intervenir en juin à Paris et Alain Thébault espère voire la production en masse de ses pods à partir du début de l’année 2017. Le prix de vente grand-public pourrait alors être de l’ordre de 12.000€ pièce. La startup aurait déjà enregistré une centaine de promesses de commandes, preuve qu’il s’agit là d’une nouvelle alternative à la voiture et un complément appréciable à l’Hyperloop, expérimenté actuellement dans le Nevada et en Californie.

www.experts-autocad.com